PAIEMENT EN 3 FOIS SANS FRAIS POSSIBLE À PARTIR DE 100€ (UNIQUEMENT EN FRANCE) À CHOISIR PARMI LES OPTIONS DE PAIEMENT AU MOMENT DE LA COMMANDE !
PRÊT-À-PORTER ET SUR-MESURE - RETOUCHES ET RÉPARATIONS GARANTIES À VIE - LIVRAISON GRATUITE À PARTIR DE 60€ EN FRANCE ET DOM-TOM - RETOURS OFFERTS DANS LE MONDE ENTIER - MODE ÉCO-RESPONSABLE

Notre imprimeur de compétition

par Lou Ripoll , February 03, 2021

La maison Deveaux tisse de magnifiques jacquards et est spécialisée dans les tissages écossais depuis 1830. Tout est produit à Saint Vincent de Reins, dans le Rhône, et cerise sur le gâteau, la moitié des fibres des jacquards est issue du recyclage. Deveaux est reconnu Entreprise du Patrimoine Vivant et est certifié Step by Oekotex (le label qui a la plus haute exigence dans le respect de la planète et des travailleurs).

La deuxième activité de la maison Deveaux - celle qui nous intéresse beaucoup chez Bleu tango :-) - c'est l'impression numérique des motifs ! 
Les motifs sont imprimés par la filiale TIL de Deveaux, basée à Villefranche sur Saône, et également certifiée Step by Oekotex !

Je vous présente d'abord l'impression de motifs par TIL, puis ensuite le tissage des jacquards à Saint Vincent de Reins dans l'article suivant !

 

Première partie : l'impression des motifs à Villefranche sur Saône

 

Pour découvrir en détails, voici les vidéos instagram : première partie ici - deuxième partie ici et troisième partie ici !

 


L'usine reçoit les rouleaux en écru, c'est à dire non blanchi ! Certains rouleaux sont tissés directement par Deveaux, d'autres sont achetés à l'extérieur. L'usine imprime 8000 km de tissu par mois  (trois fois la France !)

 


L'usine est absolument immense !!!! En brique à l'ancienne, avec le toit crénelé, et des verrières... résultat ? froid en hiver, très très chaud en été avec la chaleur des machines !!! Les 90 employés de l'usine sont répartis entre les bureaux et l'impression, où ils travaillent en 3/8 ! Car les machines ne peuvent pas s'arrêter... Donc une semaine à 5h-13h, une semaine à 13h-21h et la suivante à 21h-5h !


Première étape, transformer les petits rouleaux (les "roules") en un gros rouleau, pour gagner du temps dans la chaine !



Entre chaque machine, pour transporter le tissu, il est plié dans d'immenses caisses à roulettes qui circulent d'étapes en étapes.


Vient ensuite l'étape du flambage : le tissu est brulé au gaz pour flamber le petit duvet à sa surface, des petites fibrilles qui pourraient gêner l'impression.


Vient ensuite le blanchiment, à la soude. Comme la soude est un produit chimique, la machine est totalement autonome en circuit fermé. La "recette" est préparée dans la "cuisine" (une machine qui prépare le bain de soude) puis le tissu passe à travers une succession de bains remplis de cette recette.


L'eau rejetée par cette machine est évidemment traitée avant être rejetée dans la Saône, grâce à la super station d'épuration hyper performante, qui rejette du coup de l'eau plus propre que celle de la Saône !


La station d'épuration est à la fois moderne - avec ses bassins de décantations, filtrages, etc - et aussi à l'ancienne : il y a une armoire à la fin de la station d'épuration, remplie de sangsues, petits escargots de fleuve etc pour vérifier que l'eau ne va pas tuer ou déstabiliser le micro-vivant du fleuve !!! :-)


Puis les tissus vont être imprégnés de produits chimiques pour bien fixer les colorants et l'impression. La machine qui imprègne fait 20 mètres de long, et est une succession de bains de "réactifs".

À la fin de cette machine, on coupe les lisières (le bord irrégulier du tissu, pour pas qu'il gêne l'impression)...


Et qu'est ce qu'on fait de ces déchets de lisières ? Elles sont récupérées par des industriels qui en font de l'isolant !


Après toutes ces étapes de préparation du tissu avant impression, voici enfin l'impression numérique ! La première machine numérique a 20 ans, a une tête qui mélange les colorants et fait plusieurs passages pour imprimer les couleurs bien intenses, exactement comme une imprimante papier en plus gros ! :-)


L'imprimante est énorme, et plutôt lente.


Il y a ensuite la nouvelle machine, japonaise et ultra moderne, très très rapide. Elle est encore très peu répandue dans le monde, et c'est la seule en France. L'équipe japonaise est venue la paramétrer pendant des mois sur place.
Il y a 10 bornes, chacune a une couleur de colorants, contrairement à la première machine qui ménageait toutes les couleurs avec la même tête. Du coup, le tissu se déroule en continu et ça va plus vite !
Pas de photos, mais les vidéos dans la vidéo instagram !


Il y a également l'impression traditionnelle, la sérigraphie avec des rouleaux gravés. Cette technique est plus chère car c'est une couleur par rouleau, et c'est cher de graver un rouleau en métal ! De plus, cela demande 5 personnes pour faire fonctionner l'impression traditionnelle, et cela demande plus d'eau que l'impression numérique. ! Le tissu passe sous chaque rouleau.


Les rouleaux gravés


Chaque rouleau est branché à un bidon, rempli de pâte colorée.


La "cuisine" qui prépare les pâtes colorées. Immense !!


Comme autre technique d'impression, il y a l'impression par transfert : On imprime le papier, puis on transfère avec de la chaleur et de la presse les pigments vers le tissu. Ça ne marche qu'avec des matières synthétiques, donc pour Bleu tango on utilise pas cette technique ! Sur la photo, l'impression du papier.


Le papier et le tissu sont roulés ensemble, pressés sous la chaleur, pour que les couleurs du papier migrent vers le tissu.


Maintenant, c'est la fixation des colorants ! Pour cela, le tissu est passé à l'étuve, c'est à dire chaleur + vapeur ! La machine est très imposante !


Il y a ensuite le rinçage, dans une incroyable machine à laver Starwash... Le tissu passe dans un accordéon de bains de rinçage. Au fur et à mesure des bains, l'eau de rinçage s'éclaircit. L'eau claire des derniers bains est récupérée dans le cycle pour rincer les premiers bains de la machine.


L'étape suivante, c'est de redonner du gonflant au tissu ! Celui-ci a été pressurisé, écrasé, chauffé, rincé, il faut redonner du volume et de la souplesse aux fibres ! la machine ressemble à un gros sèche-cheveux qui fait voler le tissu comme une chevelure au vent.


Il y a ensuite la visite, c'est à dire le contrôle qualité ! Les visiteuses sont perchées sur une machine qui déroule le rouleau devant elle, et elles doivent signaler les défauts ou les raccords de tissus en appuyant sur les boutons appropriés en fonction des défauts. La machine installe alors une petite "sonnette", une étiquette en bord de tissu pour signaler le défaut ! Sandrine est visiteuse depuis 20 ans, en 2/8 (une semaine 5h/13h, la semaine suivante 13h/21h). Quel boulot de folie !


Dernière étape, le laboratoire ! Le laboratoire fait tous les tests pour la station d'épuration, et aussi des tests sur les tissus...
Il y a le test d'usure, le test de rétractation, les tests de lavage, les tests de résistance à la sueur et la salive (pour cela, l'atelier fabrique de la salive et et de la sueur synthétique :-)


Les milliers de mètres imprimés qui attendent leur départ dans l'espace d'expédition...

 

C'est la fin de la visite ! J'espère que ça vous aura plu !!!!!

Rendez-vous dans l'article suivant pour la partie tissage à Saint Vincent de Reins !
À bientôt !

Lou 

 

Laisser un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés par Bleu tango avant d'apparaitre.


RETOUR EN HAUT